La conversion d'une vidéo en DCP avec le logiciel CineAsset de Doremi se déroule en trois étapes. Après avoir installé CineAsset sur son ordinateur, il faut :

. Sélectionner la vidéo à convertir et l'importer dans CineAsset

. Lancer la conversion

. Charger le DCP créé sur son serveur

 

Cet article donne aussi des informations sur les caractéristiques des DCP créés  (résolution de l'image, gamme de couleurs,...).

cineasset

 

-  CineAsset est un logiciel qui permet de convertir toutes sortes de fichiers numériques d’images et de sons en DCP. Une version d’essai de CineAsset est disponible gratuitement sur le site internet de Doremi. Précisons qu’il n’est pas possible de convertir des vidéos de plus de 15 secondes avec cette version d’essai.

 

 

 

-  Comme pour tous les programmes, il faut enregistrer et exécuter Cine Asset sur son ordinateur avant de s’en servir. Une fois cette opération effectuée, ouvrir le logiciel CineAsset. Il s’ouvre sur la page « Device » (device = périphérique) :

 

(JPEG)

 

 

Sélection du fichier d’images et de son à convertir en DCP 

Aller dans le menu « Clip database cinema ». En bas à gauche, l’option « add to database » (« ajouter à la base de données ») permet à l’utilisateur de sélectionner sur son ordinateur ou sur un lecteur périphérique (clé USB...) le fichier qu’il veut convertir en DCP :

 

(JPEG)
L’option "Add to database" cerclée en rouge
 

Il faut alors sélectionner le document à convertir en DCP sur son ordinateur (précisons que dans le jargon du cinéma numérique, on parle de conversion au format JPEG 2000 plutôt que de conversion en DCP même s’il ne suffit pas de compresser un fichier au format JPEG 2000 pour en faire un DCP) :

(JPEG)

 

 

Lancement de la création du DCP 

La page « Add to DOREMI database » (« ajouter à la base de données DOREMI ») s’ouvre.

 

(JPEG)

 

Elle résume certaines caractéristiques techniques du fichier à convertir. Aller dans le menu « Encoding options » (options d’encodage) et sélectionner « Default JP2K 250 Mbps » pour « JPEG 2000 /250 mégas bits par seconde par défaut ».

Appuyer sur « Finish » pour lancer la conversion JPEG 2000.

 

(JPEG)

 

Pour surveiller le bon déroulement du processus de conversion, l’utilisateur peut aller dans le menu « Task » (« tâche ») en haut à gauche de la page. Ce menu indique (sous la forme d’un pourcentage) la progression de la conversion du fichier. Si l’opération est un succès, un rond vert (tout à gauche) apparaît à la fin du processus. Si c’est un échec, ce sera un rond rouge. Pendant la conversion, le rond est systématiquement orange.

(JPEG)

 

Durée des opérations de conversion

La durée de la conversion d’une vidéo en DCP varie selon les caractéristiques de cette dernière (sa résolution, son mode de compression...). Pour faire son test, Manice a utilisé une vidéo très courte captée avec un appareil photo numérique moyen de gamme (Canon power shot G 10). Cette vidéo se présente sous la forme d’un fichier Quicktime - le nom du fichier se termine par l’extension « .mov » - dans lequel les images sont fortement compressées. La vidéo dure 35 secondes et pèse 43,9 mégaoctets. Sa définition est de 640 X 480 pixels (ratio 4/3). On est donc loin de la haute définition. L’enregistrement audio est en mono.

Le programme Cine Asset annonce une durée de conversion (colonne « Remaining time » pour « temps restant ») de 15 minutes. Dans les faits, l’opération n’a pris que 05 minutes et 50 secondes.

A la fin de la conversion, la vidéo s’affiche dans le menu « Clip database Dcinema » (base de données digital cinema) :

 

(JPEG)

 

Le résultat de la conversion effectuée par Cine Asset

En sélectionnant la vidéo et en faisant un clic droit sur sa souris, on peut ouvrir l’option « Properties ». On constate alors que le logiciel Cine Asset ne s’est pas contenté d’une simple conversion JPEG 2000. Il a pris un fichier dont la résolution native est de 640 X 480 (307 200 pixels) pour l’amener à une résolution proche du 2 K (1920 X 1080 soit 2 millions de pixels).

Cette opération, couramment appelée « upscaling », consiste principalement à créer des pixels supplémentaires afin de booster la définition de l’image. Sans être un procédé miraculeux, l’upscaling peut donner des résultats étonnants sur du matériel professionnel comme grand public (lecteur DVD, Blu Ray).

Pour notre test, le logiciel Cine Asset a donc multiplié la résolution d’image par 6. Le but final étant la projection sur grand écran, cette multiplication est indispensable si on veut obtenir une image présentable à partir de contenus dont la résolution native est faible.

Cine Asset a également retravaillé les couleurs du fichier original pour les faire passer du format 4 :2 :2 (10 bits par couleur) au format 4 :4 :4.

 

(JPEG)

 

-  En rouge pointillé : les couleurs couvertes par le MPEG 2 (4:2:2). 
-  En noir pointillé : couleurs 35 mm. 
-  En noir continu : couleurs JPEG 2000.

A noter que le ratio 4/3 d’origine est conservé dans le fichier final afin de ne pas étirer artificiellement l’image (il n’y a donc pas de déformation géométrique).

 

Le ratio 4/3 est conservé d'où la présence de deux bandes noires sur les côtés à la projection (JPEG)

 

Le ratio 4/3 est conservé d’où la présence de deux bandes noires sur les côtés à la projection.

Concernant le son, Cine Asset convertit l’audio en stéréo (2 pistes) et en PCM. La fréquence d’échantillonnage audio est de 48 kHz ce qui garantit une compatibilité avec le processeur son de la salle.

Le fichier d’origine pesait 43,9 mégaoctets. Une fois converti en JPEG 2000, il pèse 223 mégaoctets. Son poids a donc été multiplié par cinq. Cela s’explique par l’augmentation de la résolution et le changement d’échelle colorimétrique réalisés par Cine Asset.

En observant le fichier créé de plus près, on retrouve la composition caractéristique des DCP, notamment :

-   Le fichier son (dont la taille est de 9892 Ko) et le fichier image (218 782 Ko) sont séparés. 
-   Le fichier ASSETMAP établit la liste de tous les fichiers qui sont contenus dans le DCP créé. 
-   La CPL (Composition Playlist) : elle définit l’ordre dans lequel les fichiers doivent être joués (quand les images et les sons sont répartis dans plusieurs « bobines » numériques).

 

(JPEG)

 

 

Chargement du DCP créé sur le serveur d-cinema

Grâce à l’option « Export », il est possible d’envoyer le DCP (image et son) créé dans Cine Asset vers un répertoire particulier de son ordinateur ou un périphérique (type clé USB).

 

(JPEG)
L’option "Export" en bas à droite du menu "Clip database DCINEMA"

 

Le menu « Task » indique la progression de l’exportation du fichier vers le PC (« Export database ») :

Lorsque l’utilisateur souhaite envoyer son fichier JPEG 2000 vers un périphérique, le mieux est d’utiliser une clé USB. Attention, les fichiers peuvent devenir lourds assez rapidement. Il faut donc prévoir une clé USB avec une capacité suffisante.

 

(JPEG)
Le fichier converti en JPEG 2000
envoyé vers une clé USB
 

Une fois le DCP chargé sur une clé USB, on peut directement l’importer sur un serveur de cinéma numérique (librairie ou serveur local) :

 

(JPEG)

 

Le TMS ou le serveur reconnaît le fichier JPEG 2000 disponible sur la clé USB du projectionniste (pas besoin de KDM ou clé de décryptage puisque le fichier n’est pas crypté) :

 

(JPEG)

 

Il est alors possible d’importer le fichier dans toutes les salles et de le placer dans les shows :

 

(JPEG)
Le fichier converti en DCP peut alors être placé dans une playlist

 

Compte tenu des caractéristiques du fichier source (image de définition standard et fortement compressée), le résultat sur grand écran est assez impressionnant en terme de qualité avec un bon piqué d’image et une colorimétrie naturelle. Le son (stéréo) a été reconnu par le processeur Dolby CP 500 avec un rendu très correct compte tenu de la source.

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location

Articles les plus lus

  • Vente des places de cinéma : la tarification dynamique de Smart Pricer +

    Lancée il y a deux ans, la solution de tarification dynamique Smart Pricer a déjà fait du chemin : plusieurs circuits
    Lire la suite
  • 1