Principaux composants du projecteur SONY 4 K PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 23 Juillet 2011 12:54

Le SRXR 320 est l'unique modèle de projecteur 4 K commercialisé par SONY. Il a sensiblement les mêmes dimensions que les projecteurs DLP. De l'extérieur, rien ne laisse donc présager que les machines n'utilisent pas du tout les mêmes technologies pour afficher les images. Toutefois, le SRXR 320 se distingue d'emblée par le choix volontaire d'enfermer le serveur et toutes les connectiques à l'intérieur de la coque de la machine.

R-320_HR_1_-_Copie_2

Projecteur SRXR 320

Ce parti pris vise à garantir une sécurisation optimisée des données. En effet, grâce à un serveur directement intégré dans la tête du projecteur (le Media Block LMT-300), les informations restent constamment dans une enceinte protégée. La coque du projecteur ne peut être ouverte que par des clés dédiées (et non pas de simples vis). Lorsqu'un opérateur retire un panneau, le projecteur efface automatiquement les KDM du LMT-300. Toutes les projections de DCP cryptées deviennent alors impossibles. Il est donc impératif de conserver toutes les KDM dans la boite mail de la cabine et les sauvegarder sur une clé USB prête à servir.

De plus, le LMT-300 fonctionne sous un protocole RAID 6. Cela signifie qu'il peut continuer à fonctionner sans interruption de séance avec deux disques durs en panne.

LMT-300_HR_1_-_Copie

Serveur LMT-300 

Il est également capable de gérer simultanément et sans risque de défaillance une projection et un ingest de programmes.

Les entrées disponibles sur l'ensemble projecteur – serveur se résument à :

- Une entrée serial RS-232C : elle permet le branchement d'un ordinateur.

- Une entrée USB 2.0 : elle est dédiée à l'ingest des DCP.

IMG_4804_-_Copie

Entrées disponibles sur la façade arrière du projecteur 

L'accès aux commandes du projecteur et du serveur se fait grâce à un écran tactile placé à l'arrière.

R-320_HR_3_-_Copie

SRXR 320 et son écran tactile

SONY fournit un logiciel afin de pouvoir déporter les commandes de l'écran tactile sur un ordinateur. Ainsi, les projectionnistes peuvent gérer les séances via un écran plus grand à l'aide d'un clavier et d'une souris. L'accès à certains réglages est également plus aisé.

 

Les principaux composants du projecteur SONY 4 K

La lanterne et le chemin de lumière

Afin d'optimiser l'efficacité lumineuse, SONY a conçu une lanterne avec un miroir concave. La lumière émise par le xénon est ainsi mieux concentrée dans un chemin de lumière conduisant à la tête SXRD. Le projecteur peut accueillir des xénons de 2000 à 4200 watts selon la taille de l'écran et les besoins en luminosité.

IMG_4839_-_Copie

Lanterne SONY 4 K

Trois marques de xénons sont compatibles avec le SRXR 320: USHIO, OSRAM et PHILIPS. Il s'agit de xénons à arc court qui présentent de meilleures performances lumineuses que les xénons conçus pour les lanternes 35 mm. SONY recommande les lampes USHIO pour un résultat optimal.

Pour le projectionniste, le réglage du xénon se fait grâce à un système de molettes :

IMG_4845_-_Copie

Un filtre catathermique est placé juste devant le xénon. Il bloque les ultras violets qui pourraient endommager les puces SXRD. Lors du changement de la lampe, il faut le retirer afin d'avoir un accès libre à la lanterne.

IMG_4853_-_Copie

Démontage du filtre catathermique 

Un miroir de renvoi conduit la lumière émise par le xénon vers la tête SXRD qui contient les puces 4 K.

IMG_4841_-_Copie

Miroir de renvoi placé en sortie de lanterne

Lors des opérations d'entretien, le projectionniste peut déplacer le miroir vers lui afin de le nettoyer.

La tête SXRD

La tête SXRD se présente sous la forme d'un bloc totalement scellé. Ainsi, les puces restent dans un environnement protégé de la poussière.

sony_022_-_Copie

Tête SONY SXRD

Avant d'entrer dans la tête SXRD, la lumière blanche est séparée en trois faisceaux de couleurs d'égale puissance grâce à un prisme. La lumière tape ensuite sur les trois puces SXRD qui gèrent les trois couleurs primaires : rouge, vert et bleu. L'image numérique est formée électroniquement sur les puces puis est réfléchie vers la sortie de la tête. Grâce à la synthèse additive, les trois faisceaux de lumière recombinés couvrent un très large spectre de couleurs équivalent aux performances des projecteurs d-cinema DLP.

IMG_3421

Puce SXRD

La différence majeure avec la technologie DLP réside dans la gestion des noirs et du gamma (l'échelle de gris). Avec le système Texas Instrument, les micros miroirs sur lesquelles se forment les images sont montés sur des semi conducteurs. Lorsqu'on cherche à créer un pixel blanc, le semi conducteur incline le miroir pour réfléchir l'intégralité de la lumière vers l'objectif du projecteur. Pour créer le noir, l'électronique commande au semi conducteur de s'incliner dans le sens opposé vers un absorbeur de lumière.

La technologie de SONY utilise également les micros miroirs mais ils sont parfaitement fixes. Pour créer le noir et les différents niveaux de gris, une couche de cristaux liquides a été intégrée à la surface des puces. Lorsqu'une image noire est projetée, un signal électrique est envoyé. Il commande aux cristaux liquides de bloquer le passage de la lumière par une inclinaison spéciale.

image_sony_4_K

Les cristaux liquides sont ici alignés pour bloquer la lumière du xénon et créer un pixel noir

Au contraire, pour une image claire, la puces SXRD changent l'orientation des cristaux liquides pour laisser passer la lumière émise par le xénon comme on peut le voir sur le schéma ci dessous :

sony_modifie

Chaque micro miroir et donc chaque pixel a son propre dispositif d'orientation des cristaux liquides. Cela permet un contraste intra image (différence entre le blanc pur et le noir total dans un même photogramme) très poussé.

Les puces SONY 4 K adoptent une taille de 1.55 pouce (contre 1.38 pour les DLP 4 K). Avec une puissance de lampe équivalente, le SRXR 320 produit donc plus de lumière à l'écran que les projecteurs DLP car les puces sont sensiblement plus grandes. Mais le projecteur SONY ne peut pas accueillir des xénons de plus de 4200 watts. Il n'est donc pas adapté aux écrans de plus de 20 mètres de base.

Traitement d'image et systèmes 3 D

Tous les contenus en 2 D (DCP 2 K comme les contenus alternatifs) sont systématiquement mis à l'échelle en 4 K par le projecteur. Ce scaling est indispensable car il permet d'utiliser toute la taille des puces 4 K ce qui optimise l'efficacité lumineuse du SRXR 320.

4_k_puce

Tous les programmes bénéficient d'un upscaling en 4 K

Les programmes en relief font l'objet d'un traitement propriétaire de SONY qui impose l'utilisation d'un objectif spécial sur écran métallisé. Depuis juin 2010, SONY propose une alternative à son procédé relief grâce à la solution Panavision 3 D qui a la particularité de fonctionner sur les écrans blancs. Les exploitants qui souhaitent s'équiper en SONY 4 K et diffuser en 3 D ont désormais la possibilité de conserver leur toile d'origine.

Bloc objectif : zoom optique motorisé ou lentille anamorphique

Pour s'adapter à toutes les configurations de salles, SONY propose 6 modèles de zoom optique motorisé. L'installateur choisit le modèle qui correspond à l'architecture de la salle (les deux éléments à prendre en compte sont la distance séparant la cabine de l'écran et la taille de l'écran). La partie optique a été confiée à FUJIFILM.

 IMG_4836_-_Copie

Afin de parfaitement régler les formats images à l'écran, le bloc optique propose un shift horizontal mécanique et un shift vertical électronique. Cela permet à l'installateur ou à l'opérateur de déplacer horizontalement ou verticalement l'image.

De plus, SONY propose également une lentille anamorphique. Dans cette configuration, l'image cinémascope est anamorphosée sur les puces SXRD (elle est étirée verticalement pour remplir toute la puce).

sony_4_K__lentille_anamorphique

SRXR 320 équipé d'une lentille anamorphique

Placée devant l'objectif primaire, la lentille anamorphique permet de retrouver une image 2.39 à la projection. Cette astuce –qui existe également sur les projecteurs DLP- permet de gagner environ 20 % de lumière.

 

Extraction et outils de refroidissement

Le SXRX 320 assure le refroidissement de l'appareil par la combinaison de plusieurs éléments à savoir :

- Une extraction obligatoire de la chaleur émise par la lampe.

- La mise en fonction d'un système de ventilation qui aspire l'air de la cabine pour le faire circuler dans des points stratégiques du projecteur.

- Le refroidissement de la tête SXRD par effet Peltier. L'effet Peltier est un phénomène de déplacement de chaleur en présence d'un courant électrique.   

Il n'y a pas de système de circulation de liquide de refroidissement donc pas de réservoir ni de pompe.

Maintenance

En plus du changement du xénon et du dépoussiérage des miroirs (miroir de la lampe et de renvoi), le projectionniste doit démonter et nettoyer régulièrement les filtres qui équipent le SXRX 320.

 sony_016_-_Copie

Filtre SONY 4 K

Cette opération d'entretien doit être faite tous les trois mois.

Gestion des contenus alternatifs

Le SRXR 300 peut gérer le signal de sources externes de deux façons :

- L'exploitant peut demander l'installation de cartes conçues par SONY à l'intérieur du projecteur. Il existe plusieurs modèles avec des fonctionnalités différentes. Elles vont jouer le rôle de scaler en offrant au projectionniste des entrées (SDI, DVI...) pour brancher le(s) lecteur(s). De plus, elles prennent en charge les signaux vidéos avec notamment une mise à l'échelle systématique à la résolution 4 K. Pour accéder à ces cartes et aux entrées, il faut enlever la plaque latérale du projecteur.

10082011119_-_Copie

La flèche rouge désigne une entrée DVI

- L'installation d'un scaler indépendant branché au projecteur. Le choix du scaler dépend du choix de l'installateur ou de l'exploitant.

Mise à jour le Samedi, 06 Avril 2013 08:59
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

                  Go to English Manice   ru

Nos sponsors

display3juil14

formationannoncesept